L’enfer de feu – est tel toujours et encore soutenu ?

Foire aux questions sur l'enseignement Catholique. La Sainte Trinité - L'âme et l'immortalité - Le péché - La Grâce - La communion des saints - Marie - Baptême des enfants - La confirmation - mariage - La sainte Eucharistie - Les sacrements - Le purgatoire - L'enfer - Statues.
Règles du forum
Dans le catholicisme, la liturgie est l'ensemble des rites et des cérémonies mis en œuvre au cours d'une célébration religieuse officielle, rendu par le peuple à YHWH, Dieu unique, Dieu trinitaire, Père, Fils et Esprit-Saint.
Répondre
Eliaqim

**** Site Admin ****
**** Site Admin ****
Avatar du membre

Messages : 44
Enregistré le : 09 juin 2003 13:24
Ma croyance : [croyant]
Localisation : Montreal

L’enfer de feu – est tel toujours et encore soutenu ?

Ecrit le 20 avr. 2007 10:29

Message par Eliaqim

J’aimerais savoir si l’enfer de feu, ce châtiment de tourment ou l’homme gît dans la torture éternel, serait encore une doctrine enseigner par l’église catholique.
_________________________
http://www.Forum-Religion.org
_________________________
1 Piere 3:15 Sanctifiez le Christ comme Seigneur dans vos coeurs, toujours prêts à présenter une défense devant tout homme qui vous demande la raison de l'espérance qui est en vous, mais faites-le avec douceur et profond respect.

xav


Messages : 121
Enregistré le : 08 mai 2005 07:18
Localisation : Belgique - Province de Brabant (Court-Saint-Etienne)

Ecrit le 29 avr. 2007 12:57

Message par xav

Ce qui suit c'est ce que j'ai déjà écrit ailleurs. Mais c'est de moi.

Il est de plus en plus de chrétien qui nie l'existence de l'Enfer, ou d'autre qui ne le prenne que comme hypothèse en se disant que Dieu nous accueillera bon et méchant car il est miséricordieux. Où encore, certain disent que l'Enfer n'est au fait qu'une menace pour que nous nous comportions comme il. D'autre encore arrive à la conclusion qu'il ne peut y avoir d'Enfer parce qu'il ne pourrait souffrir de savoir en étant au Paradis que d'autres sont en Enfer.

Toutes ces théories partent souvent d'un bon principe de compassion ou tout simplement de la volonté d'évacuer l'angoisse face à l'absurdité qu'est l'Enfer.

Mais nié l'Enfer n'est pas prendre la liberté que Dieu nous donne, de deux c'est nier les écritures (oui, je vais vous le montrer) et de trois, ce serait faire de Dieu un sadique qui menace et ment, or cette troisième idée serait un blasphème.

L'écriture
Pour ce qui est de l'écriture, faisons un petit parcours, vous verrez l'écriture ne parle pas à mot couvert.

Mt 25,41 (Trad lit Kto)
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : 'Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges.
Mt 25, 46 (Trad lit Kto)
Et ils s'en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle.
Mc 3, 28-29 (Bl de Jérusalem)
"En vérité, je vous le dis, tout sera remis aux enfants des hommes, les péchés et les blasphèmes tant qu'ils en auront proféré ;mais quiconque aura blasphémé contre l'Esprit Saint n'aura jamais de rémission : il est coupable d'une faute éternelle." (ou "de péché pour toujours". (TOB))
Mt 18,8 (Bl de Jérusalem)
Si ta main ou ton pied t'entraîne au péché, coupe-le et jette-le loin de toi. Il vaut mieux pour toi entrer dans la vie éternelle manchot ou boiteux, que d'être jeté avec tes deux mains ou tes deux pieds dans le feu éternel.
Mc 9, 47-48 (Bl de Jérusalem)
Et si ton œil est pour toi une occasion de péché, arrache-le : mieux vaut pour toi entrer borgne dans le Royaume de Dieu que d'être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne où leur ver ne meurt point et où le feu ne s'éteint point.
Ap 14, 11 (Trad lit Kto)
Et la fumée de ces tortures
monte pour les siècles des siècles.
Ils n'ont de repos ni jour ni nuit,
ceux qui adorent la Bête et son image,
et quiconque reçoit la marque de son nom. »

Luther est aussi un de ceux qui déplorait qu'on nia l'Enfer :
"La même indugence leur fait dire qu'il n'y a pas d'enfer, mais que la menace seule en est contenue dans les écritures, sous prétexte que le sentiment humain repoussaient avec horreur l'idée qu'un homme, fût-il le seul, fût éternellement torturé; c'est un tel sentiment qui, dit-on, aurait fait trébucher Origène. Ô écoles, ô facultés, ô misérables théologiens, lie du dernier des rebuts!" (Oeuvres, jugements sur les voeux monastiques)

Luther parle d'Origène qui était u défenseur de la théorie de l'apocatastase. C'est à dire cette théorie qui prétend qu'à la fin des temps les flots de la miséricorde sauveraient les damnés et même Satan et tous les anges déchus et qu'ils seraient intégrés au paradis. Autant dire que là, on est dans le sentiment humano-humaniste de bonne conscience mal placée. En tout cas, tout sauf la Bible. Les damnés le sont pour toujours, sinon la liberté est une vaste blague. Et Dieu ne se moque pas de nous, LUI.

Bien sur, il y aura toujours des gens qui vont citer sans arrêt, le fait que Jésus veut sauver tous les hommes. Il est clair que Jésus est venu pour sauver les hommes, mais uniquement ceux qui le veulent. Il est clair aussi que personne n'est prédestiné à l'Enfer. L'Enfer, aussi absurde que cela puisse être, est un choix délibéré. Ce choix, que certaines personnes malheureusement font, fait souffrir Dieu.

La doctrine KTO Lorsque l'Eglise parle officiellement de l'Enfer aussi bien dans le CEC que dans les textes du Concile Va II, l'Eglise ne le fait qu'avec des citations biblique, c'est dire comme la Bible est suffisamment clair sur le sujet.

Voici pour le CEC
IV. L’enfer

1033 Nous ne pouvons pas être unis à Dieu à moins de choisir librement de l’aimer. Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre Lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : " Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui " (1 Jn 3, 15). Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de Lui si nous omettons de rencontrer les besoins graves des pauvres et des petits qui sont ses frères (cf. Mt 25, 31-46). Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix libre. Et c’est cet état d’auto-exclusion définitive de la communion avec Dieu et avec les bienheureux qu’on désigne par le mot " enfer ".

1034 Jésus parle souvent de la " géhenne " du " feu qui ne s’éteint pas " (cf. Mt 5, 22. 29 ; 13, 42. 50 ; Mc 9, 43-48), réservé à ceux qui refusent jusqu’à la fin de leur vie de croire et de se convertir , et où peuvent être perdus à la fois l’âme et le corps (cf. Mt 10, 28). Jésus annonce en termes graves qu’il " enverra ses anges, qui ramasseront tous les fauteurs d’iniquité (...), et les jetteront dans la fournaise ardente " (Mt 13, 41-42), et qu’il prononcera la condamnation : " Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel ! " (Mt 25, 41).

1035 L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer, " le feu éternel " (cf. DS 76 ; 409 ; 411 ; 801 ; 858 ; 1002 ; 1351 ; 1575 ; SPF 12). La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été crée et auxquels il aspire.

1036 Les affirmations de la Sainte Écriture et les enseignements de l’Église au sujet de l’enfer sont un appel à la responsabilité avec laquelle l’homme doit user de sa liberté en vue de son destin éternel. Elles constituent en même temps un appel pressant à la conversion : " Entrez par la porte étroite. Car large et spacieux est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui le prennent ; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent " (Mt 7, 13-14) :

Ignorants du jour et de l’heure, il faut que, suivant l’avertissement du Seigneur, nous restions constamment vigilants pour mériter, quand s’achèvera le cours unique de notre vie terrestre, d’être admis avec lui aux noces et comptés parmi les bénis de Dieu, au lieu d’être, comme de mauvais et paresseux serviteurs, écartés par l’ordre de Dieu vers le feu éternel, vers ces ténèbres du dehors où seront les pleurs et les grincements de dents (LG 48).

1037 Dieu ne prédestine personne à aller en enfer (cf. DS 397 ; 1567) ; il faut pour cela une aversion volontaire de Dieu (un péché mortel), et y persister jusqu’à la fin.Dans la liturgie eucharistique et dans les prières quotidiennes de ses fidèles, l’Église implore la miséricorde de Dieu, qui veut " que personne ne périsse, mais que tous arrivent au repentir " (2 P 3, 9) :

Voici l’offrande que nous présentons devant toi, nous, tes serviteurs, et ta famille entière : dans ta bienveillance, accepte-la. Assure toi-même la paix de notre vie, arrache-nous à la damnation et reçois-nous parmi tes élus (MR, Canon Romain 88).
Et encore plus simple et plus épuré dans Lumen Gentium N° 48 (VA II)
LE CARACTERE ESCHATOLOGIQUE DE L'EGLISE EN MARCHE ET SON UNION AVEC L'EGLISE DU CIEL



48 L'Eglise, à laquelle nous sommes tous appelés dans le Christ et dans laquelle nous acquérons la sainteté par la grâce de Dieu, n'aura sa consommation que dans la gloire céleste, lorsque viendra le temps où toutes choses sont renouvelées (Act. 3, 1) et que, avec le genre humain, tout l'univers lui-même, intimement uni avec l'homme et atteignant par lui sa destinée, trouvera dans le Christ sa définitive perfection (cf. Eph. 1, 10 ; Col. 1, 20 ; 2 Pierre 3, 10-13).

Le Christ élevé de terre a tiré à lui tous les hommes (cf. Jean 12, 32 grec) ; ressuscité des morts (cf. Rom. 6, 9), il a envoyé sur ses apôtres son Esprit de vie et par lui a constitué son Corps, qui est l'Eglise, comme le sacrement universel du salut ; assis à la droite du Père, il exerce continuellement son action dans le monde pour conduire les hommes vers l'Eglise, se les unir par elle plus étroitement et leur faire part de sa vie glorieuse en leur donnant pour nourriture son propre Corps et son Sang. La nouvelle condition promise et espérée a déjà reçu dans le Christ son premier commencement ; l'envoi du Saint-Esprit lui a donné son élan et par lui elle se continue dans l'Eglise où la foi nous instruit même sur la signification de notre vie temporelle, dès lors que nous menons à bonne fin, avec l'espérance des biens futurs, la tâche qui nous a été confiée par le Père dans le monde et que nous faisons ainsi notre salut (cf. Phil. 2, 12).

Ainsi donc, unis au Christ dans l'Eglise et marqués de l'Esprit-Saint, "arrhes de notre héritage" (Eph. 1, 14), nous sommes appelés enfants de Dieu en toute vérité, et nous le sommes (cf. 1 Jean 3,1) ; mais l'heure n'est pas encore venue où nous paraîtrons avec le Christ dans la gloire (cf. Col. 3, 4), devenus semblables à Dieu parce que nous le verrons tel qu'il est (cf. 1 Jean 3, 2). C'est pourquoi, "tant que nous demeurons dans ce corps, nous sommes en exil loin du Seigneur" (2 Cor. 5, 6) ; possédant au-dedans de nous les prémices de l'Esprit, nous gémissons intérieurement (cf. Rom. 8, 23) et nous aspirons à être avec le Christ (cf. Phil. 1, 23). La même charité nous presse du désir de vivre davantage pour lui, qui est mort et ressuscité pour nous (cf 2 Cor. 5, 15). Nous avons donc à coeur de plaire au Seigneur en toutes choses (Cf.2 Cor. 5, 9) et nous endossons l'armure de Dieu afin de pouvoir tenir contre les embûches du démon et lui résister au jour mauvais (cf. Eph. 6, 11-13). Ignorants du jour et de l'heure, il faut que, suivant l'avertissement du Seigneur, nous restions constamment vigilants pour mériter, quand s'achèvera le cours unique de notre vie terrestre (cf. Héb.9, 27), d'être admis avec lui aux noces et comptés parmi les bénis de Dieu (cf. Mat. 25, 31-46=, au lieu d'être, comme de mauvais et paresseux serviteurs (cf.Mat. 25, é-) écartés par l'ordre de Dieu vers le feu éternel (cf. Mat. 25, 41), vers ces ténèbres du dehors où "seront les pleurs et les grincements de dents" (Mat. 22, 13 et 25, 30). En effet, avant de régner avec le Christ glorieux, tous nous devrons être mis à découvert "devant le tribunal du Christ, pour que chacun reçoive le salaire de ce qu'il aura fait pendant qu'il était dans son corps, soit en bien, soit en mal" (2 Cor. 5, 10) ; et à la fin du monde "les hommes sortiront du tombeau, ceux qui auront fait le bien pour une résurrection de vie, ceux qui auront fait le mal pour une résurrection de condamnation " (Jean 5, 29 ; cf. Mat. 25, 46). C'est pourquoi, estimant qu'il n'y a pas de proportion entre les peines du présent et la gloire qui doit se manifester en nous" (Rom. 8, 18 ; cf. 2, 11-12), nous attendons, solides dans la foi, "la bienheureuse espérance et la manifestation glorieuse de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus" (Tite 2, 13) "qui transformera notre corps de misère en un corps semblable à son corps de gloire" (Phil. 3, 21), et qui viendra "se faire glorifier dans ses saints et admirer en tous ceux qui auront cru" (2 Thess. 1, 10).
O ma joie Christ est ressuscité

Que le Christ habite en vos coeurs par la foi, restez enraciné dans l'amour, établis dans l'amour. (Eph 3, 17)

Dieu est amour 1 Jn 4, 16

Eliaqim

**** Site Admin ****
**** Site Admin ****
Avatar du membre

Messages : 44
Enregistré le : 09 juin 2003 13:24
Ma croyance : [croyant]
Localisation : Montreal

Ecrit le 30 avr. 2007 08:25

Message par Eliaqim

Mc 9, 47-48 (Bl de Jérusalem) [..] Et si ton œil est pour toi une occasion de péché, arrache-le : mieux vaut pour toi entrer borgne dans le Royaume de Dieu que d'être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne où leur ver ne meurt point et où le feu ne s'éteint point.
Je reprends avec la même bible, d’une époque plus récente, car elle me frape.
"Mc 9:47- Et si ton œil est pour toi une occasion de péché, arrache-le : mieux vaut pour toi entrer borgne dans le Royaume de Dieu que d'être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne"
(Bible de Jérusalem 1998)
Salutations
_________________________
http://www.Forum-Religion.org
_________________________
1 Piere 3:15 Sanctifiez le Christ comme Seigneur dans vos coeurs, toujours prêts à présenter une défense devant tout homme qui vous demande la raison de l'espérance qui est en vous, mais faites-le avec douceur et profond respect.

Matthieu100886

Avatar du membre

Messages : 2
Enregistré le : 25 juil. 2007 07:56

Ecrit le 25 juil. 2007 08:05

Message par Matthieu100886

ce que je voudrais vous demander c'est : cette phrase peut elle etre prise au sens litteral.. Jésus ne voulait pas de nous que nous nous arrachions notre oeil.... c'est une hyperbole... le chatiment eternel contredirait le fait que Dieu est amour et surtout les Ecritures eux meme il est bien dit en romains 6:23" le salaire que paie le péché c'est la mort" ecclesiaste 9:5 dit bien " les vivants savent qu'ils mourront mais les morts eux ne savent rien"... le feu eternel est sans aucun conteste une image sinon comment expliquer ce texte dans apocalypse 20:14 " et la mort et l'hades ont ete jetés dans le lac de feu.Cela représente la deuxieme mort, le lac de feu... une mort sans retour donc pouvant etre associé a un chatiment eternel... en tout cas croire à un Enfer de feu c'est se risquer de devoir nier une partie des Ecritures qui sont claires... " le salaire que paie le péché cest la mort mais le don que Dieu donne c'est la vie eternelle" la mort en elle même est une punition suffisante face a la recompense de la vie eternelle

ThiebauIt

Avatar du membre

Messages : 6
Enregistré le : 03 juin 2007 12:56

Ecrit le 01 août 2007 14:35

Message par ThiebauIt

Justement, cher Matthieu : les témoins de Jehovah seraient capables d'appliquer ce passage de l'Evangile à la lettre.

La preuve avec la croyance sur le sang...

L'enfer n'est probablement pas un endroit physique. Je pense qu'il s'agit de la séparation définitive d'avec Dieu, figuré par la mort pure et simple de l'être. Dieu lui retirerait ce souffle qu'Il a insufflé (nèphèsh) et qui fît de l'être inanimé un être vivant (nèphèsh 'rayah).

C'est ma conception de l'enfer.

Eliaqim

**** Site Admin ****
**** Site Admin ****
Avatar du membre

Messages : 44
Enregistré le : 09 juin 2003 13:24
Ma croyance : [croyant]
Localisation : Montreal

Ecrit le 13 août 2007 21:31

Message par Eliaqim

Quelqu’un de catholique aurait une idée de la signification profonde du mot "feu" dans les textes?
_________________________
http://www.Forum-Religion.org
_________________________
1 Piere 3:15 Sanctifiez le Christ comme Seigneur dans vos coeurs, toujours prêts à présenter une défense devant tout homme qui vous demande la raison de l'espérance qui est en vous, mais faites-le avec douceur et profond respect.

Jacqueline SIX-BARLIER

Avatar du membre

Messages : 5
Enregistré le : 28 févr. 2008 18:15
Localisation : paris

Contact :

L'enfer

Ecrit le 04 mars 2008 17:56

Message par Jacqueline SIX-BARLIER

Je ne possède aucune érudition relative aux Evangiles, et pourtant j'ai fait toutes mes classes au couvent des oiseaux ! Je ne puis donc faire références, comme certains d'entre vous. Je pense, très simplement, qu'il faut adapter les textes religeux à notre époque, à chaque époque. Il fut un temps ou l'humanité, dont les moeurs se relachaient, avait besoin d'un redressement ; exactement comme les enfants que l'on morigène quotidiennement afin qu'ils suivent le droit chemin. Et la légende de l'enfer fut instaurée. Personnellement, je n'y crois pas. Cela contredirait les écrits relatifs à la Rédemption d'un Dieu, Père infiniment bon et qui reçoit en Sa Miséricorde Ses plus terribles enfants. Et puis, parfois, et même souvent......l'enfer.......pour certains....est à notre porte.

veilleur

Avatar du membre

Messages : 4
Enregistré le : 18 mars 2008 10:59

Ecrit le 21 mars 2008 04:59

Message par veilleur

Voici un lien qui peut vous aider à comprendre :

http://fabienne.guerrero.free.fr/enfer.htm
Que le règne de Dieu s'étende et que les ténèbres disparaissent par la lumière de Sa gloire

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités