Forum de la dernière chance

Foire aux questions sur l'enseignement Catholique. La Sainte Trinité - L'âme et l'immortalité - Le péché - La Grâce - La communion des saints - Marie - Baptême des enfants - La confirmation - mariage - La sainte Eucharistie - Les sacrements - Le purgatoire - L'enfer - Statues.
Règles du forum
Dans le catholicisme, la liturgie est l'ensemble des rites et des cérémonies mis en œuvre au cours d'une célébration religieuse officielle, rendu par le peuple à YHWH, Dieu unique, Dieu trinitaire, Père, Fils et Esprit-Saint.
Répondre
Robespierre

Avatar du membre

Messages : 1
Enregistré le : 25 avr. 2009 18:32

Forum de la dernière chance

Ecrit le 25 avr. 2009 18:37

Message par Robespierre

Ce texte a pour but de vous « sauver » de l’aveuglément dans lequel vous êtes plongés et de vous faire prendre conscience de l’absurdité de vos croyances, dogmatiques et inutiles.

Tout d’abord, il convient d’analyser la vision et la place de l’Homme dans la religion chrétienne. A l’inverse des religions païennes dans lesquelles les dieux ne sont pas inaccessibles aux hommes, la chrétienté oppose à un Homme faible et totalement soumis la toute-puissance d’un dieu omniscient et retors.
Dès lors, pour chacun, il n’y a de salut que dans une adoration béate qui rabaisse l’Homme au rang d’animal passif. L’action réelle est dévalorisée au profit de la prière, au mieux inutile et parfois nuisible à la société terrestre. De ce fait, le christianisme déplace toutes les aspirations humaines dans un hypothétique futur au-delà de la mort.



La Bible porte en elle cette vision totalement subvertie de l’Homme et du monde en général :

- Le péché originel : Adam et Eve, dans le jardin d’Eden sont pareils à des animaux en cage, aliénés et gambadant sous la surveillance de leur maître absolu. Celui-ci, sans aucune raison leur interdit de gouter au fruit défendu. Ce fruit représentant la connaissance, il est évident qu’il s’agit de maintenir l’Homme dans son « état de tutelle » animal. L’homme et la femme, transgressant cet interdit accèdent ainsi à la véritable humanité qui les définit en tant qu’être pensant, capables de faire leurs propres choix. Ainsi, il est intéressant de noter que la vision biblique de « l’Homme parfait », est celle d’un esclave de dieu, simple animal de compagnie.

- La tour de Babel : le but de dieu n’est donc pas d’assurer la liberté d’agir et de penser des hommes. On le voit très clairement dans l’épisode de la tour de Babel. Les hommes, unis par la volonté de grandeur tentent d’ériger une tour qui les conduira jusqu’au ciel ; il s’agit ici d’un acte de liberté évident. Ne pouvant tolérer tel affront, dieu faisant alors preuve d’un machiavélisme certain, divise les hommes en donnant naissance aux différentes langues. Ceux-ci ne se comprenant plus, ils finissent par s’entretuer et abandonner leur entreprise. Cette réaction ne saurait s’expliquer autrement que par l’incommensurable orgueil d’un créateur qui se voyant menacé par sa créature décide de la briser. On constate bien ici que ce n’est pas par amour des hommes mais bien pour régner sur eux que dieu agit de la sorte.

- L’épitre aux Corinthiens : ici, saint Paul déclare : « Obéissez aux puissances car toute puissance vient de Dieu ». Par ce biais, il légitime toutes les tyrannies et les injustices en les intégrant à un grand dessein de dieu. « Les voies du Seigneur sont impénétrables » et l’homme doit accepter son destin d’être soumis.

- La vision de la femme : Le christianisme, à l’instar des autres monothéismes a toujours propagé une vision négative de la femme. Dès le péché originel, elle est assimilée à la pécheresse, à celle qui succombe à la tentation, quand bien même c’est en fait grâce à elle que l’Homme accède à la véritable humanité. Pour le christianisme, la femme est un être faible, esclave de la « chair » et instrument du Malin. Par conséquent, elle est toujours considérée comme inférieure et reléguée au rôle de mère et d’épouse. Aujourd’hui encore, aucune femme ne peut prétendre au titre de prêtre pour les chrétiens. Ainsi la vision de la femme transmise par les pères de l’Eglise est la conséquence de leur propre frustration sexuelle qui ne peut être compensée que par la relégation des femmes au rang d’inférieures.



Le dieu chrétien n’est donc pas amour et paix. Son but apparaît clairement. Il veut dominer sans partage sa création et être reconnu par des hommes asservis comme le maître de toute chose.
En ce sens, il est incontestable que le christianisme constitue une idéologie d’esclave qui voue un culte à l’obéissance aveugle.

N.B : Dans quelques jours, nous traiterons des ravages causés par le christianisme dans l'Histoire et de la raison pour laquelle vous pouvez encore y croire.
Je fais à votre "ouverture d'esprit" de chrétiens pour publier ce message.

Nicodème

Avatar du membre

Messages : 94
Enregistré le : 11 janv. 2008 15:08

Re: Forum de la dernière chance

Ecrit le 26 avr. 2009 00:41

Message par Nicodème

Robespierre a écrit :Ce texte a pour but de vous « sauver » de l’aveuglément dans lequel vous êtes plongés et de vous faire prendre conscience de l’absurdité de vos croyances, dogmatiques et inutiles.

Tout d’abord, il convient d’analyser la vision et la place de l’Homme dans la religion chrétienne. A l’inverse des religions païennes dans lesquelles les dieux ne sont pas inaccessibles aux hommes, la chrétienté oppose à un Homme faible et totalement soumis la toute-puissance d’un dieu omniscient et retors.
Dès lors, pour chacun, il n’y a de salut que dans une adoration béate qui rabaisse l’Homme au rang d’animal passif. L’action réelle est dévalorisée au profit de la prière, au mieux inutile et parfois nuisible à la société terrestre. De ce fait, le christianisme déplace toutes les aspirations humaines dans un hypothétique futur au-delà de la mort.



La Bible porte en elle cette vision totalement subvertie de l’Homme et du monde en général :

- Le péché originel : Adam et Eve, dans le jardin d’Eden sont pareils à des animaux en cage, aliénés et gambadant sous la surveillance de leur maître absolu. Celui-ci, sans aucune raison leur interdit de gouter au fruit défendu. Ce fruit représentant la connaissance, il est évident qu’il s’agit de maintenir l’Homme dans son « état de tutelle » animal. L’homme et la femme, transgressant cet interdit accèdent ainsi à la véritable humanité qui les définit en tant qu’être pensant, capables de faire leurs propres choix. Ainsi, il est intéressant de noter que la vision biblique de « l’Homme parfait », est celle d’un esclave de dieu, simple animal de compagnie.

- La tour de Babel : le but de dieu n’est donc pas d’assurer la liberté d’agir et de penser des hommes. On le voit très clairement dans l’épisode de la tour de Babel. Les hommes, unis par la volonté de grandeur tentent d’ériger une tour qui les conduira jusqu’au ciel ; il s’agit ici d’un acte de liberté évident. Ne pouvant tolérer tel affront, dieu faisant alors preuve d’un machiavélisme certain, divise les hommes en donnant naissance aux différentes langues. Ceux-ci ne se comprenant plus, ils finissent par s’entretuer et abandonner leur entreprise. Cette réaction ne saurait s’expliquer autrement que par l’incommensurable orgueil d’un créateur qui se voyant menacé par sa créature décide de la briser. On constate bien ici que ce n’est pas par amour des hommes mais bien pour régner sur eux que dieu agit de la sorte.

- L’épitre aux Corinthiens : ici, saint Paul déclare : « Obéissez aux puissances car toute puissance vient de Dieu ». Par ce biais, il légitime toutes les tyrannies et les injustices en les intégrant à un grand dessein de dieu. « Les voies du Seigneur sont impénétrables » et l’homme doit accepter son destin d’être soumis.

- La vision de la femme : Le christianisme, à l’instar des autres monothéismes a toujours propagé une vision négative de la femme. Dès le péché originel, elle est assimilée à la pécheresse, à celle qui succombe à la tentation, quand bien même c’est en fait grâce à elle que l’Homme accède à la véritable humanité. Pour le christianisme, la femme est un être faible, esclave de la « chair » et instrument du Malin. Par conséquent, elle est toujours considérée comme inférieure et reléguée au rôle de mère et d’épouse. Aujourd’hui encore, aucune femme ne peut prétendre au titre de prêtre pour les chrétiens. Ainsi la vision de la femme transmise par les pères de l’Eglise est la conséquence de leur propre frustration sexuelle qui ne peut être compensée que par la relégation des femmes au rang d’inférieures.



Le dieu chrétien n’est donc pas amour et paix. Son but apparaît clairement. Il veut dominer sans partage sa création et être reconnu par des hommes asservis comme le maître de toute chose.
En ce sens, il est incontestable que le christianisme constitue une idéologie d’esclave qui voue un culte à l’obéissance aveugle.

N.B : Dans quelques jours, nous traiterons des ravages causés par le christianisme dans l'Histoire et de la raison pour laquelle vous pouvez encore y croire.
Je fais à votre "ouverture d'esprit" de chrétiens pour publier ce message.



Bonjour Robespierre,


bienvenue sur le forum catholique.

Afin de tenter de répondre brièvement à vos interrogations, que pensé vous de Jésus et de sa crucifixion d'Amour ?

foucart

Avatar du membre

Messages : 19
Enregistré le : 30 avr. 2009 08:18
Localisation : Belgique

Ecrit le 04 mai 2009 07:06

Message par foucart

Heureusement, vous êtes là, Robespierre, pour nous sauver de nos pauvres illusions, et de notre aveuglement. Evidemment, c'est normal avec un pseudo aussi prestigieux ! Vous allez nous guider vers les Lumières de la raison, n'est-ce pas ? Mais au fait, comment a fini Robespierre ? Par sur une croix, bien sûr. Pour ceux qui l'ignoreraient, voici un moment d'histoire:

Robespierre fut condamné sans procès et guillotiné l'après-midi même du 10 thermidor, sous les acclamations de la foule, en compagnie de vingt et un de ses amis politiques, dont Saint-Just et Couthon ainsi que son frère, Augustin Robespierre. Les vingt-deux têtes furent placées dans un coffre en bois, et les troncs rassemblés sur une charrette. On jeta le tout dans une fosse commune du cimetière des Errancis et l’on répandit de la chaux, afin que le corps du « tyran » Robespierre ne laisse aucune trace. Le lendemain et le surlendemain, 83 partisans de Robespierre furent également guillotinés. En 1840, des partisans de Robespierre fouillèrent le sol du cimetière des Errancis, alors fermé depuis une trentaine d’années, sans découvrir aucun corps.

Le peuple de la révolution française était moins miséricordieux que celui de Jésus de Nazareth...
Dieu n'a qu'un front : Lumière
Et n'a qu'un nom : Amour !

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité