La femme de Marcel Légaut;marguerite

Témoignage, partage conversion. Ma relation au Christ
Louange, bonne nouvelle et intercession.
Règles du forum
Dans la tradition catholique, la prière d'intercession consiste en une demande en faveur d'un autre. Elle ne connaît pas de frontière et s'étend jusqu'aux ennemis, selon le catéchisme de l'Église catholique.
Répondre
mandonnaud

Avatar du membre

Messages : 128
Enregistré le : 24 déc. 2006 04:55
Localisation : limoges 87000 france

Contact :

La femme de Marcel Légaut;marguerite

Ecrit le 20 août 2008 06:28

Message par mandonnaud

Je suis très touché par le décès de Marguerite. J'avais 21 ans (j'en ai maintenant 66) et durant presque deux ans (1963-64), je fus chaque jour son septième enfant, l'été, aux Granges de Lesches, dans la maison familiale, et l'hiver à Valcroissant près de l'ancienne abbaye. J'aidais aux travaux quotidiens avec Bruno en réfléchissant à ma future vocation. Le dimanche et pendant les vacances, avec Rémi, Olivier, Jacqueline et Michelle nous partagions des activités de loisir, marche sur corde raide, danses folkloriques, ballades…

Marguerite, en mère attentive et laborieuse, était levée tôt, préparant les repas, se mettant à la lessive ou au jardin et étant présente aux travaux de la ferme.

Pour l'éducation de ses enfants, elle vivait en hiver à Valcroissant et avait une pièce à Die où elle attendait ses enfants qui faisaient leurs études, tricotant, je la voyais comme la fourmi laborieuse et active s'occupant de ses mains à des tricots ou à lire des livres scientifiques ou autres.

Avec humour, elle taquinait son mari car elle refusait de le lire ou d'assister à ses topos... Pratiquante assidue, elle se voyait plus dans la foi du charbonnier que théologienne. Elle vivait dans une pauvreté quotidienne et une simplicité évangélique, elle qui avait connu le monde ne se plaignait de rien, habillée simplement. Je riais toujours quand elle arrivait, avec ses enfants, dans sa deux chevaux Citroën où, vu sa petite taille, on ne voyait que son chignon et ses lunettes qui dépassaient du volant. Elle n'avait pas peur les dimanches où durant près d'une heure de descente et de remontée de la messe de Luc-en-Diois, on s'entassait dans la Jeep à 7, assis sur les ailes et un peu partout, dans ces chemins de montagne, conduit par Marcel le nez au vent !!!

Elle était heureuse de nous voir jouer et danser, et sans rien dire elle préparait le repas pour tous y compris les invités de dernière heure en recherche de dialogue avec Marcel.

J'étais touché quand je voyais son unité avec Marcel et Marcel mettre le couvert, ou laver la vaisselle avec sa femme.

Marguerite a eu 6 enfants assez rapidement et a tout fait pour que se développent les vocations de chacun, danse pour Michelle, mécanique pour Rémi (au lieu de la messe le dimanche)...

Et de plus elle laissait son mari vivre sa vie de prière, de retraite, de conférence et de travail intellectuel sans jalousie ou plainte, restant pour garder l'unité familiale avec ses enfants un peu en retrait à l'époque où les groupes Légaut étaient présents aux Granges.
Elle fut pour moi une mère, un modèle pour élever mes enfants.
Merci Marguerite ! Je prie pour toi et avec toi ton Seigneur que tu suivais à Nazareth, Jésus.
Paul Mandonnaud 105 rue Eugéne Varlin 87000 LIMOGES 05 55 31 25 06
mandonnaud.p@numericable.com ou http://www.mandonnaud.net

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités