La paix : la marche assurée et tranquille

Témoignage, partage conversion. Ma relation au Christ
Louange, bonne nouvelle et intercession.
Règles du forum
Dans la tradition catholique, la prière d'intercession consiste en une demande en faveur d'un autre. Elle ne connaît pas de frontière et s'étend jusqu'aux ennemis, selon le catéchisme de l'Église catholique.
Répondre
foucart
Messages : 19
Enregistré le : jeu. avr. 30, 2009 8:18 am
Localisation : Belgique

La paix : la marche assurée et tranquille

Message par foucart » mar. mai 12, 2009 7:01 am

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 14,27-31.

A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples: "C'est la paix que je vous laisse, c'est ma paix que je vous donne; ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne. Ne soyez donc pas bouleversés et effrayés.

La paix que Jésus donne, ce n'est pas l'absence de conflits, ce n'est pas non plus une vie exempte de soucis, d'épreuves, de problèmes, de maladies et de malheur. Mais c'est la paix de la foi, de la Présence connue (parfois ressentie, souvent non); c'est la joie trouvée à aimer pleinement en se livrant. La paix que Jésus me donne, c'est la boussole qui a toujours indiqué le Nord, qui m'a fixé comme règle de faire chaque jour le point au soleil de midi - comme un navigateur. Et c'est, de plus en plus, la paix de la confiance. Que mon humeur change, je n'en tiens plus compte. Qu'un imprévu m'empêche de réaliser mon projet de la journée, je change d'activité. En janvier et en février, lorsque je me suis retrouvé malade et isolé, j'ai seulement dit: "Cette fois, enfin, je prends un congé, merci mon Dieu".

Finalement, cette paix, c'est un apprentissage de l'assurance tranquille, de la sérénité.
Il suffit de voir dans la première lecture comment l'apôtre Paul se relève après une lapidation et aussitôt se remet en route. Je remercie le Seigneur de m'avoir montré tant et plus d'exemples vivants de cette assurance dans la marche: qu'il s'agisse de mes parents, demeurés unis de bout en bout, des personnes que j'ai rencontrées après ma conversion, des amis qui sont venus me voir lorsque j'en avais besoin, de toutes les tâches différentes et parfois infimes, imperceptibles auxquelles le Seigneur m'a donné de me livrer. Je remercie aussi pour les témoignages de ceux qui ont laissé des traces écrites, que ce soit dans certains romans ou dans des écrits spirituels. Et quelle reconnaissance je dois encore à ceux et celles que je vois chaque jour fidèles au poste, quel que soit le temps qu'il fait, quel que soit leur âge: eux aussi connaissent la paix que Jésus donne au beau milieu du trouble du monde.
Dieu n'a qu'un front : Lumière
Et n'a qu'un nom : Amour !

Répondre