Histoire de l'église Catholique

CEC, Bible, Les pères de l'Eglise. De Constantin, la religion de la chrétienté Catholique devint la religion officielle de l'État romain.
Règles du forum
Dans la perspective du Nouveau Testament, les écritures attestent que l'Église fondée par Jésus-Christ a été préparée et préfigurée dans le peuple d'Israël. De ce fait, les nombreuses images bibliques qui décrivent la relation de Dieu à son peuple dans l'Ancien Testament seront utilisées pour décrire l'Église comme nouvel Israël.
Répondre
Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » mer. janv. 28, 2009 9:33 pm

L'intrangigeance des monophysistes était d`autant plus arrogante qu'ils prétendaient défendre l'église contre les Nestoriens à leurs yeux toujours redoudables et qu'ils appuyaient leurs théories sur une littérature signées des plus grands noms : Anathase, Grégoire le Taumaturge, Jules de Rome.

Théodoret de Cyr
voyait qu'un cyrillisme autoritaire et esclave des formules poussait les alexandrins vers le monophysisisme.

En 447, il écrivit l'Éranistès (le Mendiant), exposé théologique dialogué.
Ni changement, ni mélange, ni douleur (impassibilité de la nature divine), tels sont les titres des trois livres qui composent l'Éranistès.

À Constantinople s'était formé un parti anti-nestorien très puissant, se recrutant surtout dans les monastères.
Il avait pour chef, l'archimandride Eutychès.

Celui-ci forma un comité de salut ecclésiastique qui prétendit porter des arrêts à longue distance, par Uranius d'Himérie, il cabalera contre Ibas d'Edesse; en Syrie par le solitaire Basumas, il attaquera Théodoret et Dommus d'Antioche lui-même.

Ajoutons qu'Eutychès jouissait à la cour d'une influence considérable grâce à son filleul, l'eunuque Chrysaphius.

Théodoret de Cyr avait bien vu qu'un cyrillisme autoritaire et esclave des formules poussait les Alexandrins vers le monophysisme.

En 447, il écrivit l'Éranistès (le mendiant), exposé théologique dialogué ou il pourchassait le monophysisme avec des arguments plus philosophyques que théologiques, mais fortement appuyé sur des témoignages patristiques.

Ni changement, ni mélange, ni douleur (impassibilité de la nature divine), tels sont les trois livres qui composent l'Éranistès

Dénoncé dans un concile particulier de Constantinople par Eusèbe de Dorylée, Entychès fut sommé d'y comparaître.

Mais, il se refusa à anathématiser ses erreurs, prétextant que ce serait porter l'anathème du même coup contre Anathase et Cyrille.

Excommunié, il en appela au pape Léon, à saint Pierre Chrysologue, à Dioscore et même à Théosore II

Dioscore s'empressa de l'absoudre et l'empereur convoca à Ephèse un concile de révision; mais renseigné par Flavien patriache de Constantinople, saint Léon remit à ses légats des déclarations précises, contenues dans l'épistola dogmatica ad Flavianum.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odoret_de_Cyr

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint_L%C3%A9on

http://fr.wikipedia.org/wiki/Concile_d% ... ph%C3%A8se

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odoret_de_Cyr

http://fr.wikipedia.org/wiki/Clavis_Patrum_Graecorum

DELETED

Chrétiens réveillez vous

Message par DELETED » sam. janv. 31, 2009 6:22 pm

DELETED

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Message par Rene » dim. févr. 01, 2009 9:32 am

Sur ce forum, il est question d'histoire de l'Église catholique!

Merci

Avatar du membre
Nicodème
Messages : 94
Enregistré le : ven. janv. 11, 2008 3:08 pm

Message par Nicodème » dim. févr. 01, 2009 2:16 pm

Rene a écrit :Sur ce forum, il est question d'histoire de l'Église catholique!

Merci



Bonsoir René,


vous avez entièrement raison, nous allons rapidement régler cela.


Bonne continuation.

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » lun. févr. 02, 2009 7:45 am

La doctrine contenue dans l'épistola dogmatica ad Flavianum et que le pape Flavien voulait faire triompher à Éphèse, peut se résumer en ceci:

1- Jésus-Christ n'est qu'une seule personne.

2- Mais dans cette personne unique il y a deux natures sans confusion, ni mélange.

3- Chacune de ces natures a ses facultés propres, son opération propre qu'elle n'accomplit pas indépendamment de l'autre et en dehors de l'union qui est permanente, mais dont elle est le principe immédiat; c'est la conséquence de la dualité des natures.

4-D'autre part l'unité de personne entraîne la communication des idiomes.


Bien que le pape voulut faire triompher la doctrine à Ephèse, tout y fut préparé pour la victoire de l'erreur:

-Interdiction de sièger intimée à Théodoret ainsi qu'aux condamnateurs d'Eutychès.

-Présidence conférée à Dioscore, venue de l'archimandrite Barsumas.

-Eusèbe de Dorylée, accusateur d'Eutychès, fut couvert de malédictions.

Bien qu' Eutychès fut rétabli dans ses fonctions, ses ennemis déposés, le patriarche Flavien fut tellement maltraité, qu'il en mourut trois jours après.

Les évêques furent obligés de signer en blanc sous la menace des épés.

Le pape réunit donc un concile assez nombreux qui flétrit le Brigandage d'Éphèse.
D'autre part, en 450, Théodose II eut pour successeur sa soeur Pulcherie qui épousa le général Marcien, tous deux fermement orthodoxes.

Le nouveau patriarche de Byzance, Anatolius condamna Eutychès et souscrivit à l'épistola dogmatica.

http://fr.wikipedia.org/wiki/451

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pulcherie

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » mer. févr. 11, 2009 8:43 pm

Tout semblait arrangé, si bien que saint Léon crut un nouveau concile inutile, Marcien insista.

Réuni à Chalcédoine, le IV concile général comptait 630 évêques sous la présidence des légats pontificaux.

L'épistola dogmatica y fut acclamée, et un symbole décrété disait:

''NOUS CONFESSONS UN SEUL ET MÊME CHRIST JÉSUS FILS UNIQUE QUE NOUS RECONNAISSONS ÊTRE DE DEUX NATURES, SANS QU'IL Y AIT NI CONFUSION, NI TRANSFORMATION, NI DIVISION, NI SÉPARATION ENTRE ELLES. CAR LA DIFFÉRENCE DES DEUX NATURES N'EST NULLEMENT SUPPRIMÉE PAR LEUR UNION; TOUT AU CONTRAIRE LES ATTRIBUTS DE CHAQUE NATURE SONT SAUVEGARDÉS ET SUBSISTENT EN UNE SEULE PERSONNE.''

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » jeu. févr. 12, 2009 7:54 am

Malheureusement, on ne poussa pas assez loin le travail d'interprétation et il ne se trouva personne pour montrer comment les décisions de Chalcédoine ne contredisaient pas celles d'Ephèse, ni les enseignements de saint Cyrille.

Dès lors, le malentendu subsista, et tout un immense parti continua de penser que le concile d'Ephèse avait été condamné par le concile de Chalcédoine et la christologie de saint Cyrille par la lettre de saint Léon.

C'en était trop pour des esprits échaudés contre le nestorianisme et qui ne souffraient pas que l'Occident parut leur faire la loi.

La querelle se doublera encore d'une rivalité de patriarcats: Alexandrie monophysite contre Byzance orthodoxe

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » lun. févr. 16, 2009 7:40 pm

LES PREMIÈRES OPPOSITIONS AU CONCILE DE CHALCÉDOINE

Le concile de Chalcédoine avait déposé le partriarche Dioscore.

Mais les monophysites parvirent bientôt à occuper les grands sièges.

À Jérusalem le moine Théodore, à Alexandrie Timothée Aclure, à Antioche Pierre le Foulon; celui-ci fit ajouter au triple sanctus trinitaire les paroles '' qui crucifixus es pro nobis'' pour bien marquer contre les Nestoriens que l'homme Jésus est vraiment une des trois personnes de la Trinité.

Lorsque Basilisque s'empare du trône, il croit politique de rappeler ceux que l'empereur Léon (457-473) avait chassés et d' annuler le concile de Chalcédoine par son ''Encyclique'' dédiée à Timothée Aclure; cinq cents évêques égyptiens et syriens la souscrivirent.

Le monophysisme est désormais bien implanté à Alexandrie, et lors de la mort de Timothée le patriarcat passera sans secousse à son ami Pierre Monge.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Concile_de ... C3%A9doine

http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilisque_(roi)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_byzantin

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » jeu. févr. 19, 2009 4:23 pm

Cependant Acace de Constantinople proteste moins par souci doctrinal que par rivalité patriarcale; une révolution de palais contre Basilisque assure son triomphe.

L'Egypte et la Syrie perdues pour l'orthodoxie, peut-être même pour l'Empire.

Acace proposa au nouvel empereur Zénon d'inaugurer cette politique de concession qui consistera à sacrifier Chalcédoine aux monophysites dans l'espoir de les ramener au catholicisme.

La formule proposée, l'Hénotique, orthodoxe dans son fond, péchait par omission; elle admettait la foi de Nicé et d'Éphèse, mais regardait Chalcédoine comme non avenu, et omettait l'expression ''en deux natures'' qui ne laissait aucun échappatoire aux monophysites.

Ainsi recommençait-on le jeu des Eusébiens après Nicée, en essayant d'une formule assez lâche pour satisfaire tout le monde.
On comptait sur l'appui du patriarche d'Alexandrie, Pierre Monge, avec lequel Acace s'était entendu.

Mais les orthodoxes portèrent à Rome leurs appréhensions.

Le pape Félix III excommunia Acace et Pierre Monge et mit l'empereur Zénon de rétracter l'Hénotique.

Alors éclata le chisme acacien qui se prolongeant durant 34 années (484-518) devait consacrer et organiser l'autonomie byzantine.

Anatase, successeur de Zénon poursuit la guerre contre Rome en essayant de faire élire pape l'archidiacre Laurent qui lui avait promis de reconnaître l'Hénotique.

Il ordonna l'insersion dans les textes liturgiques du Trisagnion remanié. et qu'il installe à Antioche le partriarche Sévère.

Les résultats sont clairs: l'éloignement de Rome s'accentue, le triomphe du monophysisme en Syrie et en Egypte est définitif.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Acace_de_Constantinople

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henotikon

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » mar. mars 10, 2009 10:34 am

En face des hérésies trinitaires et christologiques, les papes furent les gardiens de la foi.

Contre les ariens, Sylvestre I (314-335) confirme le I concile de Nicé (325)

Son successeur, Jules I, défenseur de saint Athanase préside par ses légats le concile de Sardique, ou l'on déclare expressément que Rome est le siège de Pierre auquel tous les évèques doivent en référer.

Le pape Libère (352-366), malgré les décisions des conciles d'Arles et de Milan, tous deux influencés par Constance, refuse de condamner Athanase et subit l'exil en Trace.

Son successeur saint Damase (366-384), donne à la papauté tout son éclat au IV siècle.
Il affirme que par la présence de Pierre, Rome a été élevée au dessus de toutes les autres cités.

Les patriarcats orientaux ne viennent qu'ensuite, et doivent d'ailleurs leur origine à leur rapports avec l'Apôtre Pierre.

Le deuxième siège fut consacré à Alexandrie au nom de Pierre par saint Marc.

Antioche également doit à saint Pierre d'être honoré, car n'y a-il pas demeuré avant de venir à Rome.

Damase
va fixer le Canon des Écritures par ces mots :'' Voici la série des livres de l'Ancien testament qu'accepte la sainte Église catholique romaine.''

Une décision d'un concile d'Hippône fera écho en 393 à cette impertoria brevitas. ''Pour la confirmation de notre catalogue, il faut nous mettre d'accord avec l'Église d'au delà des mers''

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » mar. mars 24, 2009 8:12 am

Au début du V siècle, le Pélagianisme est condamné par Innocent I (401-417); Zozime (417-418), informé par les Africains, il anathématise à son tour Pélage dans un concile de Rome.

Célestin I
(422-432) intervient ensuite dans le débat semi-pélagien et met la doctrine d'Augustin au dessus de tout soupçon.
A peine saint Cyrille lui signale-t'il le duopersonalisme qu'il assemble un concile romain ou Nestorius est sommé de se rétracter.

Célestin envoie des légats à Éphèse, il leur enjoint de paraître au concile (comme juges, non comme controversistes), et l'un d'eux, le prêtre Phillippe y fait cette déclaration qui contient l'essence du dogme de l'infaillibilité pontificale

''C'est un fait connu de tous les siècles que le saint et bienheureux Pierre, prince et chef des apôtres, colonne de la foi, fondement de l'Église catholique a reçu de Notre seigneur, les clefs du royaume, et qu'à lui fut donné pouvoir de lier et délier les péchés; c'est lui qui jusqu'à maintenant et pour toujours vit et juge ses successeurs''

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » jeu. avr. 02, 2009 8:35 am

La primauté romaine n'apparaît pas moins à Chalcédoine, dans la lettre qu'il remettait à son légat Paschasinus, saint Léon disait :'' on doit s'en tenir à la déclaration de foi que nous avons faite dans notre lettre dogmatique à Flavien'' ; le patriarche Anatole ayant esseyé d'y substituer une formule, les légats déclarèrent :'' Si on n'adhère pas à la lettre de Léon, nous rentrerons chez nous et tiendrons un concile en Occident''.

Les évêques s'écrièrent :'' Nous croyons comme Léon et non Dioscore.''

Voici quelles étaient dès lors les conditions d'oeucuménicité d'un concile.:

1-Il fallait que le pape le convoquât ou le laissât convoquer.
En fait, les quatre conciles oecuméniques de cette époque furent réunis par l'empereur qui rédigeait l'appel aux évêques, mettait à leur disposition le service des postes, pourvoyait à leur entretien et assurait la sécurité des séances.

Mais la convocation impliquait l'assentiment du pape exprimé par l'envoi de ses délégués qui présidaient en son nom et signaient les premiers.


2- L'épiscopat entier devait aussi être représenté; sans doute les évêques d'Orient étaient alors seuls nombreux, mais les légats pontificaux représentaient suffisamment tout l'Occident.


3-Enfin, il fallait aux décisions conciliaires la confirmation du pape.

En tant que patriarche d'Occident, le pape tient directement sous son pouvoir :

L'Italie, la Gaule, l'Espagne, la Bretagne, la Germanie, les deux provinces de l'Illyrieum oriental (Macédoine, Crète, Thessalie, les deux Epires, les deux Dacies, Dardanie et Prévalitane.)

À la fin du IV siècle, sous Théodose, Milan prit une importance spéciale; le renom de saint Ambroise fit qu'on s'en remit souvent à elle en même temps qu'à Rome concernant les difficultés disciplinaires ou doctrinales; mais la primauté pontificale n'en fut nullement menacées.

En 417, le pape Zozime investit la métropole d'Arles de pouvoirs étendus sur tout l'épiscopat des Gaules.

Le pape était plus spécialement le métropolitain de l'Italie.

Constantin, et à son exemple nombre de grandes familles avaient richement doté le pontife romain.

Telle fut l'origine du Patrimoine de saint Pierre.

Dès le V siècle, le pape devient le plus grand propriétaire de l'Italie.

Saint Gélase ( 492-96) dressera un livre des fermes et cens qui servira sous saint Grégoire, et qui sauvegardera ce qu'on appelait '' le patrimoine des pauvres''

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » lun. avr. 27, 2009 8:18 am

LA HIERARCHIE DANS L'ANTIQUITÉ

L'ÉVÊQUE

Élection de l'évêque et de ses auxiliaires.

L'élection épiscopale se réalisait de la manière suivante:

Ce suffrage se faisait à deux degrés

Proposition du candidat par le clergé et le peuple, puis ratification par les évêques de la province et le métropolitain.

On vit quelques fois l'empereur s'ingérer dans l'élection et imposer son choix ce qui explique en partie le servilisme de certains prélats orientaux.

Une fois l'élection approuvée par le métropolitain, l'élu recevait la consécration des mains de trois évêques; il prenait dès lors pour attribut distinctif la mitre, sorte de bandelette ou lame étroite de métal liée autour de la tête.

Établi à vie dans son diocèse, l'évêque s'entoure de tout un conseil ecclésiastique, et à mesure que l'importance des affaires épiscopales augmenta, on institua un grand nombre de charges nouvelles, surtout en Orient.

L'archidiacre est une sorte de vicaire général qui commande à tout le clergé; il gère les biens de l'église et pourvoit à l'entretien des pauvres et des veuves.

L'apocrisiaire s'occupe des rapports diplomatiques

Au desous, on trouve l'archiprêtre chargé de remplacer l'évêque absent dans l'exercice des fonctions sacerdotales.

Viennent ensuite une foule de fonctionnaires :

Les syncelles, secrétaires particuliers qui, comme leur nom l'indique, partagent jusqu'à la chambre de l'évêque.

L'économe qui encaisse et répartit les revenus.

Les defensores qui poursuivent les procès ecclésiastiques.

Les notaires et archivistes qui en rédigent et conservent les actes.

Les fossores ou croque-morts.

Les mansionarii ou bedaux.

Revêtus de la cléricature, tous ces personnages appartenaient à la hiérarchie; mais l'usage admettait que le même clerc cummulât plusieurs offices.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Ev%C3%AAque

Rene
Messages : 170
Enregistré le : lun. févr. 28, 2005 8:12 am
Localisation : http://renestg.skyrock.com

Histoire de l'église Catholique

Message par Rene » jeu. mai 14, 2009 7:14 am

Le Clergé

Dès le troisième siècle, il fut question d'église de campagne, et au IV siècle, elles se multiplièrent.

Les conciles de Laodicée et de Sardique défendaient expressément de nommer des évêques dans des paroisses rurales, on y envoya donc des prêtres, d'abord temporairement, bientôt d'une manière définitive.

Quand la paroisse réclame plusieurs desservants et plusieurs oratoires, elle est régie par un archiprêtre.
Ce développement de l'institution est réalisé à la fin du V siècle.

En Occident, le concile d'Elvire (vers 300) interdit aux clercs toute relation sexuelle avec leurs épouses. Cette prescription s'affermit à la fin du IV siècle; le concile romain de 306 oblige prêtres et diacres à la continence, et saint Léon étendra ce précepte aux sous-diacres.

Il y eut sans doute à vaincre certaines oppositions locales, particulièrement en Espagne; mais peu à peu le célibat ecclésiastique s'étendit à tout l'Occident.

Les Grecs en restèrent aux usages anciens, les clercs engagés dans les ordres supérieurs ne peuvent plus se marier, mais ils peuvent vivre dans l'état du mariage, s'ils ont contactés union avant le sous-diaconat, il n'y a d'exception que pour les évêques qui sont tenus à la [b]continence parfaite

lily6259
Messages : 2
Enregistré le : lun. janv. 12, 2015 3:12 pm
Ma croyance : [croyant]

Re: Histoire de l'église Catholique

Message par lily6259 » ven. janv. 16, 2015 6:24 am

FRERE ELYÔN : LE DERNIER VRAI PROPHETE !

Bonjour,

Oui, Frère Elyôn est bien le premier et le dernier des Prophètes, ou Elie réincarné, en ces temps de la fin et j'en suis personnellement convaincue ! Car nul homme au monde ne peut apporter autant de Révélations surprenantes, mais toujours en corrélation avec les Saintes Écritures, si Frère Elyôn n'était pas L'Envoyé de la Sainte Trinité ! D'autant plus qu'Elie est annoncé, mais aussi Enock, par la venue des "deux Témoins" dans l'Apocalypse de Saint Jean. Prophétie également révélée par La Sainte Vierge Marie à Mélanie de la Salette. Aujourd'hui, c'est Elie seul qui se présente à nous et c'est une grande grâce pour nous autres Français, mais aussi pour les Européens : Dieu soit loué ! L'autre Témoin, d'après Frère Elyôn interviendra plus tard, lorsq! u'il sera prêt. Frère Elyôn le connait, mais lui ignore encore sa Mission. Alors n'hésitons pas à aller sur le Site Sacré, voulu par Dieu, afin que nous recevions une grande Lumière, nous qui sommes dans les ténèbres depuis trop longtemps ! Nous qui croyons détenir une forme de vérité, et bien nous en sommes très loin de la pensée du Père éternel ! Voilà pourquoi, et pendant qu'il en est encore temps, parce que sous peu il sera trop tard, je vous invite cordialement à visiter le Site Sacré...

QUI FAIT QUOI ? ET OU VA-T'ON ?

UN SEUL SITE... LA VÉRITÉ ET LA VOLONTÉ DE DIEU, POUR SA SEULE GLOIRE ET LE SALUT DES ÂMES...

LE SITE EST SACRÉ, CAR IL EXISTE PAR LA GRÂCE DE LA SAINTE TRINITÉ. MERCI DE PRENDRE UN PEU DE TEMPS POUR LE LIRE ATTENTIVEMENT, PARCE QU'IL RÉPOND A TOUTES LES INTERROGATIONS QUE NOUS NOUS POSONS : SPIRITUELLES, POLITIQUES, SCIENTIFIQUES, ESCHATOLOGIQUES, AINSI QUE CONCERNANT LE GRAND MONARQUE ET LE SAINT PONTIFE ANNONCÉS DEPUIS PRES DE MILLE ANS ! ...

Alors le lire c'est bien, mais transmettre par le biais du Web et partager partout ce Site Sacré : c'est un Acte crucial de Charité chrétienne. Ce Devoir spirituel extrêmement important vaut toutes les prières, car en agissant ainsi, vous obéissez à la Volonté de Dieu et vous serez récompensés par votre Action sainte. Voyez-vous, on peut faire beaucoup, tout en restant chez soi. Merci de votre compréhension...

Que l'Esprit Saint vous éclaire dans cette lecture Divine et que Dieu vous garde de la Tourmente qui vient...

LE SITE SACRÉ : http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/

E-mail : frere-elyon@prophete-du-sacre-coeur.com

Sur Gloria TV : http://fr.gloria.tv/?user=92609

Page de F.E. sur le site de l'Éditeur ILV-Édition :
http://www.inlibroveritas.net/auteur/4701/frere-elyon

Répondre