L'hérésie sédévacantiste

L'Eglise institution - l'Eglise universelle. L'Église est dirigée par le Pape, sous la supervision d'archevêques, d'évêques et d'un clergé qui fonctionne selon une forme de gouvernement épiscopal. [Papauté/Infallibilité pontificale/Vatican]
Règles du forum
L'histoire diplomatique du Vatican commença au IVe siècle, mais les frontières de la puissance de la papauté ont évolué au fil du temps et des siècles. Les papes, dans leurs prérogatives de pouvoir temporel, ont dirigé une grande partie de la péninsule italienne, Rome comprise, durant un millénaire.
Répondre
Nicolianor

Avatar du membre

Messages : 20
Enregistré le : 27 août 2007 14:59

L'hérésie sédévacantiste

Ecrit le 27 août 2007 15:02

Message par Nicolianor

L'hérésie sédévacantiste

En lisant sur le site internet sédévacantiste Virgo-Maria, nous pouvons lire ce qui suit:

"Si la vacance du Siège apostolique était contraire à la visibilité de l’Église, l’Église aurait disparu et ressuscité plus de 250 fois depuis sa fondation! Qui voudrait soutenir pareille absurdité?"

Je crois tout d'abord que cette affirmation est fausse car il faut faire la différence entre l'élection divine d'un nouveau vicaire et l'élection d'un nouveau vicaire par le conclave.

C'est-à-dire que l'élection divine, soit le choix de Dieu s'exprime bien avant la mort d'un vicaire, son choix d'un successeur est fait depuis toute l'éternité. L'élection du conclave n'est que l'expression de ce choix divin, car c'est Dieu qui choisi et non les hommes. Ou sinon, nous serions en train de dire que Dieu n'a pas choisi aucun vicaire mais qu'il n'a fait qu'entériné le choix des hommes. Donc, le conclave ne fait que reconnaître ce choix divin et cette reconnaissance du choix de Dieu peux se faire après un certain lapse de temps, soit des mois ou des années.

De plus, qui a choisi St-Pierre sinon Jésus lui-même? Jésus lorsqu'il dit: "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais c'est moi qui vous ai choisis et qui vous ai établis, pour que vous alliez et que vous portiez du fruit, que votre fruit demeure, et que le Père vous accorde ce que vous lui demanderez en mon nom." (Jean 15,16) Et nous savons très bien que l'Église enseigne depuis toujours que ce verset s'applique à tout ces prêtres, évêques et ces vicaires. C'est lui qui choisi ces serviteurs et non les hommes. Cependant, il est vrai que la chaire de St-pierre n'a pas toujours été à Rome, comme à l'époque des papes d'avignons. Mais, il est clair selon la doctrine catholique que l'Église ne peux pas reposé sur l'absence de pierre, croire le contraire est une hérésie.

Donc, s'il advient que le vicaire en place n'est pas le choix de Dieu, c'est que le conclave n'a tout simplement pas reconnu le choix de Dieu. C'est que l'élection du conclave n'est pas l'expression de la volonté de Dieu. Cela veut dire que Dieu aurait choisi quelqu'un d'autre et que le conclave n'avais tout simplement pas reconnu ce choix divin. Alors, lorsqu'on affirme qu'il n'y a pas de vicaire sur la chaire de St-pierre depuis l'élection de Jean XXIII, comme l'affirme les sédévacantiste, serait d'affirmer que Dieu n'a pas encore choisi de Vicaire pour son Église, ce qui est impossible.

Alors, si le conclave est réellement valide aux yeux de Dieu, Dieu n'aurait jamais permis que le conclave choisisse un hérétique et un faux vicaire. Dieu aurait intervenu d'une manière ou d'une autre comme dans l'élection de Saint Pie X avec l'affaire Rampolla. Le conclave lorsqu'il est légitime ne peux pas faire d'erreur, c'est impossible. C'est comme si un Évêque légitime pouvait se tromper de personne lorsqu'il ordonne un prêtre. Une fois le prêtre ordonné c'est la volonté de Dieu et il n'y a plus de discussion. C'est la même chose qui ce produit avec un conclave légitime lorsqu'il y a l'élection d'un nouveau vicaire, il n'y a pas de discussion, c'est la volonté de Dieu. Mais lorsque le conclave n'est pas légal aux yeux de Dieu, l'erreur devient humaine car Dieu ne peux pas faire d'erreur.

Union de prière.
_________________
Mon forum
http://eglisenouvellefrance.xooit.fr/portal.php

hanntonn

Avatar du membre

Messages : 2
Enregistré le : 04 avr. 2009 07:14

Ecrit le 04 avr. 2009 07:48

Message par hanntonn

Bonjour Nicolianor,
J'ai commencé à entendre parler du sédévacantisme depuis quelques temps et à m'y intéresser comme vous et je dois dire que vous vous trompez quelque peu sur la possibilité que le siège apostolique soit vacant.
Pour commencer, vous affimez que le choix d'un Pape est toujours le choix de Dieu. Cependant, il est connu que plusieurs Papes dans l'Histoire furent hérétiques selon ce qu'affirme Adrien VI : « Je dis que si l’on entend par l’Église Romaine sa tête, c’est-à-dire le Pontife, il est certain qu’elle peut errer, même dans les choses qui touchent la foi, en affirmant l’hérésie par sa détermination ou par quelque décret. En effet, plusieurs pontifes romains furent hérétiques...
Selon le droit canon, lorsqu'un concile doit se réunir parce qu'un Pape est décédé, le siège apostolique est considéré vacant. La vacance du siège apostolique se serait produit en permanence par exemple si les communistes étaient entrés à Rome et avaient forcé un Pape au pouvoir en faisant croire par les médias qu'il s'agissait bien d'une élection valide. Cela est une possibilité même si je ne pense pas que c'est ce qui s'est passé.
Ensuite, il faut citer St Alphonse de Liguori qui dit: “Cependant, si Dieu permettait qu’un Pape devienne notoirement hérétique et rebelle, il cesserait par le fait même d’être pape, et le Siège Apostolique serait vacant” Même un docteur de l'Église affirmait que cela était une possibilité qu'un imposteur puisse être sur le siège apostolique, mais sans être Pape.
Ensuite, vous dites que les conclaves étaient le choix de Dieu, mais pour qu'un Pape ne soit pas Pape, il faudrait que les cardinaux refusent le choix divins. J'espère que vous êtes au courant de l'histoire de l'élection de Jean XXIII et de Paul VI ou une premier choix de Pape semblait avoir été fait parce que de la fumée blanche sortait par la cheminée et puis 5 minutes après, était retournée à la couleur noire. Cela est arrivé au deux élections ou même les cardinaux croyaient qu'une élection avait été faite et étaient sorti du conclave, ce qui est interdit. Ce phénomène n'était jamais arrivé dans l'histoire. Si cela c'est produit, on peut légitimement penser que quelqu'un de malfaisant est interféré dans l'élection du Pape.
Pour ce qui est du choix indéfaillible des évêques, cela est pousser fort puisqu'il est bien connu que certains prêtres sont des franc-maçons. Si le choix de ces évêques avait été parfait, ils n'auraient jamais ordonné des franc-maçons. À moins que ce soit justement la volonté de Dieu que des francs-maçons infiltrent l'Église selon la vision de Léon XIII au pied de son autel d'une conversation entre Jésus et Satan:
La voix rauque, celle de satan dans son orgueil, se vantait à Notre-Seigneur en disant :
« Je peux détruire ton Eglise ! »
La voix douce du Seigneur répondit : « Tu le peux ? Alors, fait-le donc »
Satan : « Pour cela, j'ai besoin de plus de temps et de puissance »
Notre-Seigneur : « De combien de temps ? »
Satan : « De 75 à 100 ans, et il me faut aussi un pouvoir plus grand sur ceux qui se livreront à mon service »
Notre-Seigneur : « Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais-en ce que tu voudras »
Je conserve des réserves sur la position sédévacantiste puisque comment pourrions-nous dire quel prêtre est un vrai d'un autre si les franc-maçons avaient infiltré l'Église et puis auraient ordonné des bons prêtres mais sans l'union avec l'Église du fait de leur hérésie.
Je crois qu'on ne peut pas dire que le sédévacantiste n'a pas de raison de croire à la vacance du siège apostolique, il faut plutôt prouver que l'enseignement des Papes conciliaires s'accordent avec celui des Papes qui les ont précédé.
Il y a la question vraiment difficile comme vous l'avez bien ciblée que toutes les ordinations soient invalides sitôt que la personne n'est plus en union avec la Foi des pères de l'Église. J'avoue que sur cette question, je n'ai aucune idée.
Je n'ai pas toutes les lumières, mais je voulais vous partager ces informations pour vous aider à vous faire une idée.

Nicodème

Avatar du membre

Messages : 94
Enregistré le : 11 janv. 2008 15:08

Ecrit le 04 avr. 2009 12:57

Message par Nicodème

Bonsoir hanntonn


bienvenue sur le forum.


.

Nicolianor

Avatar du membre

Messages : 20
Enregistré le : 27 août 2007 14:59

Ecrit le 04 avr. 2009 13:49

Message par Nicolianor

hanntonn a écrit :Bonjour Nicolianor,
J'ai commencé à entendre parler du sédévacantisme depuis quelques temps et à m'y intéresser comme vous et je dois dire que vous vous trompez quelque peu sur la possibilité que le siège apostolique soit vacant.
Tout d'abord, Rome était vacant lorsque successeur de pierre était en Avignon, car le siège apostolique n'est pas attaché à la ville de Rome, mais à la personne du successeur de Pierre. Le siège apostolique n'est jamais vacant, mais il peut changer de lieux. Nuance importante.
hanntonn a écrit : Pour commencer, vous affimez que le choix d'un Pape est toujours le choix de Dieu. Cependant, il est connu que plusieurs Papes dans l'Histoire furent hérétiques selon ce qu'affirme Adrien VI : « Je dis que si l’on entend par l’Église Romaine sa tête, c’est-à-dire le Pontife, il est certain qu’elle peut errer, même dans les choses qui touchent la foi, en affirmant l’hérésie par sa détermination ou par quelque décret. En effet, plusieurs pontifes romains furent hérétiques...
Vous devriez citer votre source de cette affirmation, car le successeur de Pierre est dans l'impossibilité d'être un hérétique sauf si le pontife romain n'est pas le successeur de Pierre comme présentement.
hanntonn a écrit :Selon le droit canon, lorsqu'un concile doit se réunir parce qu'un Pape est décédé, le siège apostolique est considéré vacant. La vacance du siège apostolique se serait produit en permanence par exemple si les communistes étaient entrés à Rome et avaient forcé un Pape au pouvoir en faisant croire par les médias qu'il s'agissait bien d'une élection valide. Cela est une possibilité même si je ne pense pas que c'est ce qui s'est passé.
Le siège apostolique n'a jamais été vacant, vous n'avez pas lu mon texte.
hanntonn a écrit :Ensuite, il faut citer St Alphonse de Liguori qui dit: “Cependant, si Dieu permettait qu’un Pape devienne notoirement hérétique et rebelle, il cesserait par le fait même d’être pape, et le Siège Apostolique serait vacant” Même un docteur de l'Église affirmait que cela était une possibilité qu'un imposteur puisse être sur le siège apostolique, mais sans être Pape.
Cette citation de St Alphonse de Liguori n'est pas une affirmation, mais une supposition. "SI Dieu permettait " ce qu'il ne fait jamais. Cependant, bien que Dieu ne permet jamais que son successeur de Pierre devienne hérétique, il peut cependant permettre qu'il soit un rebelle notoire.
hanntonn a écrit :Ensuite, vous dites que les conclaves étaient le choix de Dieu, mais pour qu'un Pape ne soit pas Pape, il faudrait que les cardinaux refusent le choix divins. J'espère que vous êtes au courant de l'histoire de l'élection de Jean XXIII et de Paul VI ou une premier choix de Pape semblait avoir été fait parce que de la fumée blanche sortait par la cheminée et puis 5 minutes après, était retournée à la couleur noire. Cela est arrivé au deux élections ou même les cardinaux croyaient qu'une élection avait été faite et étaient sorti du conclave, ce qui est interdit. Ce phénomène n'était jamais arrivé dans l'histoire. Si cela c'est produit, on peut légitimement penser que quelqu'un de malfaisant est interféré dans l'élection du Pape.
Le conclave de Jean XXIII était invalide avant même que les cardinaux se réunissent en conclave. Pie XII a été destitué en 1950.
hanntonn a écrit :Pour ce qui est du choix indéfaillible des évêques, cela est pousser fort puisqu'il est bien connu que certains prêtres sont des franc-maçons. Si le choix de ces évêques avait été parfait, ils n'auraient jamais ordonné des franc-maçons. À moins que ce soit justement la volonté de Dieu que des francs-maçons infiltrent l'Église selon la vision de Léon XIII au pied de son autel d'une conversation entre Jésus et Satan:
hanntonn a écrit : La voix rauque, celle de satan dans son orgueil, se vantait à Notre-Seigneur en disant :
« Je peux détruire ton Eglise ! »
La voix douce du Seigneur répondit : « Tu le peux ? Alors, fait-le donc »
Satan : « Pour cela, j'ai besoin de plus de temps et de puissance »
Notre-Seigneur : « De combien de temps ? »
Satan : « De 75 à 100 ans, et il me faut aussi un pouvoir plus grand sur ceux qui se livreront à mon service »
Notre-Seigneur : « Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais-en ce que tu voudras »
Je conserve des réserves sur la position sédévacantiste puisque comment pourrions-nous dire quel prêtre est un vrai d'un autre si les franc-maçons avaient infiltré l'Église et puis auraient ordonné des bons prêtres mais sans l'union avec l'Église du fait de leur hérésie.
Je crois qu'on ne peut pas dire que le sédévacantiste n'a pas de raison de croire à la vacance du siège apostolique, il faut plutôt prouver que l'enseignement des Papes conciliaires s'accordent avec celui des Papes qui les ont précédé.
Il y a la question vraiment difficile comme vous l'avez bien ciblée que toutes les ordinations soient invalides sitôt que la personne n'est plus en union avec la Foi des pères de l'Église. J'avoue que sur cette question, je n'ai aucune idée.
Je n'ai pas toutes les lumières, mais je voulais vous partager ces informations pour vous aider à vous faire une idée.
Je n'ai aucune idée propre, je n'affirme que ce que Dieu m'a révélé. On analyse en fonction d'une révélation et non en fonction de nos raisonnements. Vous devrier venir sur mon forum.

hanntonn

Avatar du membre

Messages : 2
Enregistré le : 04 avr. 2009 07:14

Ecrit le 04 avr. 2009 22:22

Message par hanntonn

Merci pour votre réponse,
J'avoue que ce sujet est compliqué pour moi. Ce que j'ai écris là provient d'autre endroit et j'apprécie ce que vous pouvez m'apporter. Comme vous le dites, le siège apostolique n'est pas nécessairement à Rome, je suis d'accord. Mais si les cardinaux n'avaient pas élu un nouveau Pape, le siège apostolique serait vacant, mais il semble que vous avez une autre opinion là-dessus et je vais aller voir votre blogue sitôt que je termine cette réponse.
Pour la citation d'Adrien VI, je ne me souviens plus de l'endroit ou j'ai pris cela, mais je pense que cela doit être faux ou doit vouloir dire quelque chose d'autre puisqu'il me semble avoir lu de Paul IV ou il dit clairement que si un Pape était notoirement hérétique, il perdrait sa fonction aussitôt. Si ma citation est bonne, cela voudrait dire que certains Papes durent être destitués. Mais je pense que cela est faux. Merci de me l'avoir fait remarquer.
concernant St-Alphonse de Liguori, j'aimerais savoir ce que vous voulez dire par rebelle notoire. Je ne comprends pas bien.
Concernant ce que vous dites à propos du conclave, je viens de comprendre que vous ne contredisez pas l'idée qu'il se passe quelque chose au Vatican, mais plutôt le sédévatantisme. Merci pour cet éclaircissement.
Pour le reste, je ne vais rien affirmer de plus puisque j'ai encore à explorer le sujet. Merci pour votre réponse.

Nicolianor

Avatar du membre

Messages : 20
Enregistré le : 27 août 2007 14:59

Ecrit le 05 avr. 2009 11:14

Message par Nicolianor

hanntonn a écrit :Merci pour votre réponse,
J'avoue que ce sujet est compliqué pour moi. Ce que j'ai écris là provient d'autre endroit et j'apprécie ce que vous pouvez m'apporter. Comme vous le dites, le siège apostolique n'est pas nécessairement à Rome, je suis d'accord. Mais si les cardinaux n'avaient pas élu un nouveau Pape, le siège apostolique serait vacant, mais il semble que vous avez une autre opinion là-dessus et je vais aller voir votre blogue sitôt que je termine cette réponse.
Le siège apostolique n'est jamais, même si les cardinaux refuseraient d'élire un successeur de Pierre. L'Église entière dépend de l'existence d'un successeur de Pierre. S'il n'y avait pas de successeur de Pierre sur la terre, il n'y aurait pas d'église sur la terre.
hanntonn a écrit :concernant St-Alphonse de Liguori, j'aimerais savoir ce que vous voulez dire par rebelle notoire. Je ne comprends pas bien.
Un rebelle notoire est tout simplement un grand pécheur. Le moindre péché est un acte de désobéissance à Dieu et la fonction de vicaire de Jésus-Christ n'est pas une immunité contre le péché.

Le Serpent


Messages : 77
Enregistré le : 03 déc. 2005 16:05

Re: L'hérésie sédévacantiste

Ecrit le 27 sept. 2009 00:44

Message par Le Serpent

À moins que ce soit justement la volonté de Dieu que des francs-maçons infiltrent l'Église selon la vision de Léon XIII au pied de son autel d'une conversation entre Jésus et Satan:
La voix rauque, celle de satan dans son orgueil, se vantait à Notre-Seigneur en disant :
« Je peux détruire ton Eglise ! »
La voix douce du Seigneur répondit : « Tu le peux ? Alors, fait-le donc »
Satan : « Pour cela, j'ai besoin de plus de temps et de puissance »
Notre-Seigneur : « De combien de temps ? »
Satan : « De 75 à 100 ans, et il me faut aussi un pouvoir plus grand sur ceux qui se livreront à mon service »
Notre-Seigneur : « Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais-en ce que tu voudras »
Je reprends ce dialogue parce que je le trouve savoureux d'ironie... je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qui a dû se produire 75 à 100 ans plus tard:

La voix douce du Seigneur:
"Alors ? Je t'ai laissé le pouvoir, tu as eu tout le temps nécessaire. Pourquoi n'as tu pas détruit mon église ?"
La voix rauque de Satan répond:
"Ben, je pourrais le faire mais... c'est justement d'elle que vient mon pouvoir."
et la douce voix du Seigneur conclut:
"Haha, je le savais... et encore une fois, je t'ai bien eu!"

J'espèce que le début du dialogue n'est pas copyrighté, il se trouve que je connais un chanteur de hard-rock à la voix rauque qui serait ravi d'utiliser cette source d'inspiration.
Le pire, avec le fruit de l'arbre de la connaissance, c'est qu'il faut d'abord y gouter pour se rendre compte qu'il y a des pépins.

Marmhonie

Avatar du membre

Messages : 31
Enregistré le : 29 déc. 2017 12:01
Ma croyance : [croyant]

Re: L'hérésie sédévacantiste

Ecrit le 30 déc. 2017 19:45

Message par Marmhonie

Le sédévacantisme n'est pas une hérésie, c'est une défense de la foi en temps de crise de l'Église. Cela commence toujours quand le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, alerte les cardinaux et le pape sur une possible dérive dangereuse de sa part. C'est sa fonction. C'est alors qu'en cas d'obstination, de folie, de diverses raisons constatées, du pape, le Préfet édite ses craintes aux cardinaux qui en réfèrent aux évêques partout dans le monde. Et la mouvance sédévacantiste se réveille. C'est une bouée minuscule quand le second du commandant de bord constate que le navire dérive et le commandant est incohérent. L'Église ne peut disparaître ni la foi être altérée.

Toujours, le sédévacantisme est utile, alors qu'une hérésie n'est jamais utile, c'est l'empoisonnement des âmes. À l'origine du renouveau sédévacantiste moderne du XX siècle, il y a les cardinaux Ottaviani et Bacci, donc le Préfet, qui alertèrent le monde catholique de l'invalidité de la messe Paul VI.

Le scandale d'Assise en 1986 amplifia la mouvance, puis elle retombe avec Benoît XVI et explose avec le pape François. Derrière un curé sédévacantiste, il y en a dix qui le sont en secret, et cela augmente.

Est-ce que les monastères sont hérésiarques ? Quand les églises se vident, les monastères se remplissent. Et réciproquement. Quand un pape dérape, le sédévacantisme renaît.

Combien de crises d'Église ! À la septième croisade, le pape imposait déjà d'avance une huitième croisade : folie ! Les français y mirent fin avec un faux assassinat du conducteur de la 8e croisade, affaire d'État français et affaire d'Église. C'est l'affaire historique Guillaume de Roussillon

Quand Philippe le Bel assassinat un pape et pris en otage les papes en Avignon, les cardinaux choqués furent-ils sédévacantistes devant Clément V choisi comme pape par ce roi de France ? En tout cas, il n'y eut pas d'hérésies.

Ajouté 3 minutes 20 secondes après :
Il ne faut donc pas confondre sédévacantisme, hérésie et schisme.

Ajouté 30 minutes 51 secondes après :
Image

Hérésiarque : exemple d'Arius
Arius.
Image

Fameux hérésiarque, né vers l'an 270 dans la Cyrénaïque, ou, selon d'autres, à Alexandrie, fut ordonné prêtre dans un âge avancé, s'établit à Alexandrie et commença en 312 à y enseigner une doctrine nouvelle, qui se répandit rapidement: il combattait la Trinité, niait la consubstantialité du Verbe avec le Père et par suite sa divinité même, et soutenait que Jésusest une simple créature tirée du néant, très inférieure au Père. Il fut successivement combattu par S. Alexandre et par S. Athanase, évêques d'Alexandrie, condamné par plusieurs conciles notamment par le concile de Nicée en 325, anathématisé et exilé pendant plusieurs années. Mais soutenu par Eusèbe, évêque de Nicomédie, homme de son parti, il se fit absoudre par quelques conciliabules et parvint même à égarer Constantin qui le rappela d'exil. Son retour à Alexandrie ayant excité des troubles, il se retira à Constantinople; il allait, malgré l'opposition de S. Alexandre, devenu patriarche de cette ville, entrer en triomphe dans l'église, lorsqu'il mourut subitement d'une violente colique, l'an 336. Ses partisans prétendirent qu'il avait été empoisonné; ses adversaires virent dans cette mort extraordinaire une punition de Dieu.

Après la mort d'Arius, son hérésie (Arianisme) fit de grands progrès elle fut ouvertement protégée par l'empereur Constance et par plusieurs de ses successeurs; elle fut même approuvée par plusieurs conciliabules, et pendant longtemps elle compta de très nombreux partisans. L'empereur Théodose parvint à l'étouffer presque entièrement dans ses États, mais elle fut embrassée par la plupart des peuples germaniques qui avaient envahi l'empire romain, à l'exception des Francs, et elle subsista pendant plusieurs siècles chez les Goths, les Vandales, les Bourguignons et les Lombards. Elle s'éteignit vers l'an 660, par l'abjuration d'Aribert l, dernier roi arien des Lombards; cependant on en retrouve des traces chez les Vaudois et les Albigeois. Depuis la Réforme, l'Arianisme s'est reproduit, mais sous de nouvelles formes, principalement sous elle du Socinianisme, et a eu pour principaux défeseurs  : Servet, Socin, Capxton, Cellarius, etc. L'Histoire de l'Arianisme a été écrite par le P. Maimbouro.

Schismatique : exemple Mgr Marcel Lefebvre
Le lefebvrisme est une remise en cause de l'infaillibilité de l'Eglise catholique romaine et un refus pratique du pouvoir de gouvernement confié par Dieu au pape et à tous les évêques diocésains. Les lefebvristes vivent comme s'ils n'avaient de comptes à rendre qu'à Dieu seul. L'autorité des évêques diocésains est systématiquement méprisée et piétinée.

Image

Les lefebvristes pensent que depuis 1965, tous les papes et tous les évêques approuvent et encouragent trois hérésies qui seraient contenues dans les textes du concile Vatican II : la liberté religieuse, l'oecuménisme et la collégialité.
Si cela était vrai, l'infaillibilité de l'Eglise catholique ne serait qu'une farce.
S'il était possible que durant 50 ans, un évêque seul puisse défendre quasi seul la foi catholique alors que tous les autres évêques et tous les papes fissent la promotion d'hérésies déjà condamnées, cela signifierait la disparition du pouvoir confié à l'Eglise, par Dieu lui-même, de guider les hommes de bonne volonté, de manière infaillible vers le Paradis et la vie éternelle (mai 2013).
Source

Sédévacantisme : exemple abbé Lafitte
M.  l’Abbé Jean-Luc Lafitte, qui a quitté la FSSPX il y a quelques temps déjà, a rejoint l’Abbé Guépin à la Chapelle du Christ-Roi de Nantes peu avant le dimanche des Rameaux.

Image

Pour l’amour de la Vérité
Afin de rassurer les fidèles de la chapelle du Christ-Roi et de Notre-Dame des Dons, paroissiens qui pourraient à juste titre être inquiets de voir arriver un nouveau Prêtre inconnu, permettez-moi de vous faire part en toute simplicité des faits suivants dont monsieur l’Abbé Guépin peut témoigner.

Je suis rentré au séminaire d’Écône en octobre 1974, et pendant toute ma formation ai toujours fait partie, grâce à Dieu, de l’aile ouvertement anti-libérale du séminaire, ce qui a bien failli me coûter mon ordination…
Depuis cette ordination reçue des mains de monseigneur Lefebvre le 29 juin 1979, malgré mes misères, je crois être toujours demeuré fortement enraciné dans ce groupe anti-libéral.
J’ai toujours pensé que les « papes » modernistes qui occupent le siège de saint Pierre depuis la mort du pape Pie XII ne peuvent plus être excusés d’hérésie formelle, notamment dans le domaine de la liberté de conscience et des cultes, et de l’œcuménisme. Ils enseignent et propagent des doctrines condamnées par Pie IX, Léon XIII, saint Pie X et tous les papes jusqu’en 1958, mort du pape Pie XII.

C’est pourquoi je n’ai aucun scrupule de conscience de ne plus nommer Benoît XVI au Canon de la sainte Messe, bien que je reconnaisse l’avoir fait auparavant en raison de la confusion doctrinale qui règne actuellement dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X.
J’ai la conviction que le long cheminement qui m’a amené ici à Nantes a été voulu par Dieu, et qu’Il m’a littéralement conduit par la main jusqu’au 98 de la rue d’Allonville.

Je suis également persuadé qu’une collaboration étroite et franche est tout à fait possible avec monsieur l’abbé Guépin. Nous avons tous les deux bu à la même source au séminaire d’Écône et avons l’amour de la Vérité ainsi que la volonté de rester fidèles à l’enseignement de la sainte Église notre Mère.
C’est monsieur l’abbé lui-même qui m’avait contacté pour que je vienne le visiter sur place et qui m’a proposé cette collaboration sacerdotale que je souhaite de longue durée. Il est évident que je ne suis pas venu ici pour prendre sa place, mais pour l’aider dans son ministère sacerdotal. C’est de grand cœur que je lui apporte l’expérience acquise par une trentaine d’années d’apostolat missionnaire aux quatre coins du monde.

Permettez-moi, en concluant, de vous demander la charité de vos prières pour ma persévérance, afin que cette collaboration sacerdotale entre monsieur l’abbé Guépin et moi-même soit toujours pour la plus grande gloire de Dieu et le plus grand bien de vos âmes.
Abbé Jean-Luc Lafitte

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités